Résidence de Bob Verschueren
CACLB, Montauban-Buzenol (Belgique)

22.06 - 31.08.2008




















Précédent Suivant



Expositions à venir et en cours

Archives 2008

Résidence de Bob Verschueren au CACLB, Montauban-Buzenol

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Communiqué de presse


Présent depuis 2007 sur le site de Montauban-Buzenol, le Centre d'art contemporain du Luxembourg belge propose l'intégration d'oeuvres pertinentes dans un cadre particulier consacré à la fois à l'archéologie, au patrimoine et à la nature. Dès le départ, il était important de donner à ce nouveau centre une direction liée à la nature, à l'environnement, au paysage... Cette seconde saison d'expositions à Montauban donne le ton en invitant des artistes dont le travail reflète les attentes du CACLB.


Les installations végétales de Bob Verschueren
Les créations de Bob Verschueren prennent la plupart du temps la forme d’installations végétales sur lesquelles il pose un souci d’objectivité, excluant toute vision symbolique ou message écologique: «Je propose un regard sur la nature sans romantisme, car le romantisme n’est que mensonge par omission».
Ne pas compliquer le travail et rester dans la simplicité est l’un de ses objectifs: «Complexifier un travail me paraîtrait lui ôter la force de ce qui se rapproche de l’évidence.».
Une incessante réflexion rythme cependant ses installations; il tient à ce que ces dernières soient créées en fonction du lieu qui les accueille. Il veille également à ce que l’ensemble formé par l’architecture du lieu, l’œuvre créée, la nature et le matériau choisi s’accordent parfaitement.

L’artiste a pour habitude de créer ses installations à l’aide d’éléments végétaux et minéraux qu’il récolte à proximité du lieu de leur réalisation. Il s’est toutefois permis quelques exceptions, notamment lors de son voyage à l’Île de la Réunion durant lequel il s’est intéressé aux feuilles de bananier et de caoutchouc. Mais, dans tous les cas, les éléments récoltés sont déplacés de leur cadre naturel pour construire les installations, structurées la plupart du temps de façon géométrique. Dès ce moment, ils sont soumis à la déliquescence de la vie, ne pouvant échapper à leur inévitable décomposition.


Ses créations astreintes à la notion de durée, Bob Verschueren devient artiste de la disparition. Signe de leur fragilité, le caractère éphémère de ses œuvres ne leur permet d’exister que le temps de l’exposition. Comme dans les «Wind paintings», la photographie demeurera le seul témoignage de l’installation.


Le spectateur quant à lui assiste à une mutation des œuvres, bien que ce soit leur dégradation qui soit à l’origine de cette «évolution». Changement de tons, flétrissement et décomposition ne seront que des stades intermédiaires qui mèneront à l’effacement complet de l’installation et marqueront son accomplissement final.



Installation au Musée lapidaire du 22 juin au 31 août 2008. Accessible en permanence avec vue de l’extérieur.






Montauban


Bob Verschueren présentera une installation au Musée Lapidaire de Montauban-Buzenol durant l’été 2008. Charmé par le lieu, il ne dérogera pas à la perpétuelle réflexion qui l’habite lorsqu’il prépare une installation. S’intéressant à l’histoire et aux origines du site archéologique de Montauban-Buzenol, il réfléchit à l’œuvre qui entrerait en adéquation parfaite avec son lieu d’accueil.
L'artiste a alors étudié les motifs gravés sur les stèles anciennes du musée, tramant ses installations de branchage en relation avec les thématiques des pierres: vêtements, chevelures, éléments végétaux ou animaux... En voici quelques exemples: