Mondo e Terra, oeuvres du Frac Corse
Musée d’art de Nuoro (Sardaigne)

19.06 - 30.09.2008























Précédent Suivant



Expositions à venir et en cours

Archives 2008

Mondo e Terra, oeuvres du Frac Corse, Musée d’art de Nuoro

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Communiqué de presse


"Monde et terre, ouverture et fermeture - pourtant opposés en conflit essentiel - ne sont, cependant, jamais inséparables..." Giorgio Agamben


Le MAN, musée d'art de Nuoro, invite le Fonds régional d'art contemporain de Corse pour une exposition qui compte une quarantaine d'oeuvres d'artistes internationaux parmi lesquelles quatre ont été réalisées spécifiquement en Sardaigne et en Corse. Ce partenariat entre deux institutions dont les missions présentent, pour chacune sur son territoire, des équivalences sinon des ressemblances, dit plus que l'envie, ou la nécessité, de créer des échanges artistiques. Il s'agit plutôt de partager et de rendre sensible, dans l'espace européen où les îles voisinent, ce que les situations, l'histoire, les volontés et les intérêts révèlent: des similitudes de point de vue et une même expérience indélébile du tout en un une: l'île, individualité à part, qui n'est que par l'ailleurs et par les autres.

L'île est un concept qui a une forme, et cette forme devient un signe, partout reconnaissable. Mais le signe ne définit pas l'île, ne la contient pas. Il est au contraire le symbole de sa complexité, il dessine les contours de l'énigme et c'est en participant de cette énigme que l'îlien se reconnaît. Il situe ainsi sa place au monde conscient qu là n'est pas la réponse à l'angoisse d'être.

C'est pourquoi les questions de territoires, si sensibles, si concrètes, ne sont pas forcément toujours cruciales. Elles ont cependant un écho infini dans la mesure où elles sont un moyen d'en aborder de plus larges.

C'est ce que produisent les oeuvres dont "la proximité transporte ailleurs que là où nous avons coutume d'être", pour reprendre les mots d'Heidegger. Cet ailleurs n'est pas un autre lieu défini, il est vaste, indicible, divers, et pourtant en lien avec nos expériences et nos réflexions (parfois informulées). Quand des références explicites à des espaces, des formes ou des faits précis s'y rencontrent, elles ne se referment pas sur une seule réalité mais lient le particulier à l'universel. Le propos de l'exposition naît de cela; le contexte insulaire n'y est pas étranger où se joue le dualisme monde et terre conceptuellement et matériellement.




Exposition du 19 juin au 30 septembre 2008. Museo d'Arte Provincia di Nuoro - Via Satta - 08100 Nuoro (Sardaigne). Tél.: +39 (0)7 84 25 21 10.








Dominique Degli-Esposti, Scandola, 1993. Collection Frac Corse © Dominique Degli-Esposti


Michelangelo Pistoletto, Mappamonda Spinoso, 1996-2004. Courtoisie galerieofmarseille


A gauche : Hakima El Djoudi, Petite armée n°1, 2006-2007. Collection Frac Corse © Hakima El Djoudi


A droite : Fabrice Hyber, Ted au bord, 2005. Collection Frac Corse. Courtoisie Galerie Jérôme de Noirmont. Crédit photo : Marc Domage


A gauche : Dominique Gonzalez-Foerster, Waterloo Martini, 1997. Collection du Frac Corse. Photo : Philippe Jambert


A droite : Barthelemy Toguo, Tiny Flower on the Mountain, 2005. Collection Frac Corse © Barthelemy Toguo


Monde et terre rassemble des oeuvres qui sont autant d'ouvertures sur l'ailleurs : autres régions géographiques ou mentales, paysages découverts, inventés ou composés, nouvelle appréhension du monde et l'espace. Les artistes proposent des expériences à partager, soulèvent des problématiques environnementales. A l'opposé des lieux communs, ils créent des lieux de débat, des dispositifs qui suscitent des prises de conscience de réalités et d'univers possibles: actions et postures qui révèlent les rapports de l'art à la société, à l'histoire et à la culture.


Sur le mode grave, drôle ou poétique, ces artistes qui ne donnent ni leçons ni modèles réveillent le sens critique d'un endormissement dangereux. Dans le dialogue qui s'instaure entre elles et avec l'extérieur, les oeuvres produisent une énergie partagée avec le visiteur.