Mathew Ritchie & Aranda/Lasch, The Morning Line
et The Evening Line
Venise et Séville - 02.10.2008 - 11.01.2009










Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse


Thyssen-Bornemisza Art Contemporain (T-B A21) a été invité par Aaron Betsky, commissaire de la 11ème biennale d'architecture, à présenter l'oeuvre The Evening Line à Venise. Le projet est le résultat d'une collaboration intentive durant trois ans entre l'artiste new-yorkais Matthew Richie, les architectes Aranda/Lasch et les designers en structures géométriques de Arup AGU. Il a été produit par T-B A21 comme celui de R&Sie(n). Tout en étant une structure autonome conçue pour la biennale, The Evening Line est en même temps une partie d'un projet plus vaste - de la taille potentielle de l'univers, à travers le concept de la géométrie fractale - baptisé The Morning Line. Celui-ci, seconde commande de pavillon artistique pour la fondation, sera inaugurée à Biacs, la biennale d'art contemporain de Séville intitulée YOUniverse, qui débutera le 1er octobre. La Biennale de Séville, dont le commissariat est assuré par Peter Weibel, est dédiée cette année aux convergences entre art et science.


The Morning Line est une oeuvre très complexe "anti pavillon" (Matthew Ritchie) qui convoque un grand nombre de relations interdisciplinaires. Pour autant, la géométrie fractale en demeure le guide et le lien entre The Evening Line à Venise et The Morning Line à Séville. Les deux réalisations consistent en des élaborations de modules à l'infini, construits sur la base d'un patron simple appelé le "bit" qui s'assemble à d'autres identiques pour envahir l'espace. Il est conçu comme un échantillon universel qui peut être planifié avec les dessins de Matthew Ritchie pour produire des images de et dans l'espace.


"L'anti-pavillon" représente trois ans d'une étroite collaboration entre Thysse-Bornemisza Art Contemporain et Matthew Ritchie, qui a été cité par Time Magazine comme l'un des 100 novateurs du nouveau Millénium pour son exploration de "l'impensable ou du non encore pensé". The Morning Line a été imaginé par Matthew Ritchie comme une structure collaborative inhérente, une intersection entre disciplines pour rassembler des informations, où artistes, architectes, ingénieurs, physiciens et musiciens allaient chacun contribuer grâce à leur apport spécifique à créer un nouveau concept formel, une structure évolutive, avec de nombreuses interprétations et des relations narratives entre son aspect formel, des projections vidéo et des environnements sonores.


Le projet The Morning Line de Matthew Ritchie et Aranda/Lasch's, réalisé en collaboration avec Daniel Bosia (Arup AGU), le musicien américain Bryce Dessner et l'artiste sonorisateur Florian Hecker (GER), les mathématiciens/astrophysiciens Paul J. Steinhardt (Princeton University) et Neil Turok (Cambridge University) explore comment un langage architectural peut être imaginé dans une intimité entre géométrie et expressivité. Bâti sur un modèle universel, un polyèdre tronqué, The Morning Line est une construction fractale, un modèle de l'univers qui évolue en plus ou en moins tout en produisant des cycles ou naissances d'information. "Cette démarche de synthèse se construit à travers le dessin, où forme et contenu, géométrie et expression peuvent ne faire qu'un. Il s'agit également d'une réponse au principe holographique qui détermine que l'univers visible peut être interprété comme un hologramme, isomorphique par l'information inscrite dans ses liens. Dans d'autres mondes, l'univers est une sorte d'image". (Ritchie)


Expositions à venir et en cours

Archives 2008

Lieux d'installation:
Du 14 septembre au 23 novembre 2008 : Biennale de Venise, Pavillon italien, San Marco 1364 - 30124 Venise. Tél.: +39 (0)4 12 72 83 97.
Du 2 octobre 2008 au 11 janvier 2009 : 3ème Biennale d'art contemporain de Séville.











Mathew Ritchie & Aranda/Lasch, The Morning Line et The Evening Line, Venise et Séville

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

La structure géométrique du projet intégrant une essentielle identité sonique "invisible" génère une interactivité très particulière: un système sensoriel enregistre et répond aux mouvements des visiteurs entrant et parcourant le pavillon, à travers un mouvement musical, créant et traduisant ces mouvements en de nouvelles narrations.


The Morning Line, grâce à son système entrecroisé de modules variables, devient en soi une vaste performance externe, un espace de réception et d'audience pour le visiteur ainsi qu'un "instrument de musique" utilisé par de nouveau intervenants et artistes sonorisateurs dans la marge électro-acoustique pour présenter leurs oeuvres originales.


The Evening Line est intimement lié au projet personnel de Matthew Ritchie, en cours d'élaboration depuis une dizaine d'années, de concevoir une cosmologie personnelle qui tisse sa propre histoire à partir des vocabulaires scientifiques, des mythes et des religions pour élaborer un système original de langage visuel "semasio-graphique". L'artiste développe ainsi ses modules afin que The Evening Line devienne une véritable unité expressive et structurelle. En d'autres termes, les dessins sont à la fois construits et remplis de sens.